gainsbourg confidentiel les musiciens associés

DISTIBUTION

DISTIBUTION - gainsbourg confidentiel

Un récit écrit par Jean-Fançois Brieu

avec l'aimable autorisation d'Universal Music

Adaptation magoni

 

Mise en scène DAVID FABRE

Collaboration artistique Gérard Vantaggioli

Direction d'acteur Agnès Pétreau

 

Comédien Stéphane Roux

Musiciens David Fabre (guitare) et Aurélien Maurice (contrebasse) 

 

Création lumières - Franck Michallet

Son - Benoit Pouzol

Costumes - Nathaly "Zip"

Création Graphique - Studio B (Arles)

Photo - Philippe Hanula

 

Spectacle tout public

Durée - 1h10

 

Avec le soutien du Département des Bouches-du-Rhône "SAISON 13" et de la SPÉDIDAM

 

Saison 2018/19

Du 19 au 22 septembre 2018 - L’Archipel Théâtre - Paris (10ème)

Le 12 octobre 2018 - Espace Robert Hossein - Grans (13)
Le 27 octobre 2018 - « Showcase » Hôtel Renaissance - Aix-en-provence (13)
Le 16 novembre 2018 - L’Alpilium - St-Rémy-de-provence (13)
Le 17 november 2018 - Théâtre du Rempart - Avignon (84)
Reporté/Le 24 novembre 2018 - Théâtre Jeanne d’Arc - Bastia (2b)Reporté
Du 12 au 15 décembre 2018 - L’Archipel Théâtre - Paris (10ème)
Le 11 janvier 2019 - Archipel Granville - Granville (50)
Le 8 février 2019 - Théâtre Comœdia - Aubagne (13)
Le 16 février 2019 - Salle Gérard Philipe - Bonneuil / Marne (94)
Le 21 mars 2019 - Le Petit Duc - Aix-en-provence (13)
Le 29 mars 2019 - Théâtre Municipal - Pertuis (84)

Le 30 mars 2019 - Salle Municipale - Puyloubier (13)

Le 17 mai 2019 - Théâtre du Rocher - La Garde (83)

 

Teaser : © Philippe Hanula
Dossier Artistique Dossier Artistique [5.880 Kb]

PRÉSENTATION & PRESSE

PRÉSENTATION & PRESSE - gainsbourg confidentiel

 

Il s'agit d'un récit où Gainsbourg n'est pas encore Gainsbarre. Au travers d'une époque (1957-1963), de ses mentalités et de ses mœurs, se précisent la personnalité d'un artiste, l'écriture d'un authentique créateur, la prosodie d'un superbe musicien. 

 L’interprétation du texte de Jean-François Brieu, biographe de Serge Gainsbourg, est là pour servir et porter la brillance d'un propos dont l'écriture se joue des effets sonores les plus percutants.

 

« Gainsbourg confidentiel est le disque de la nuit qui tombe. C'est le Mean Streets (ce chef-d'œuvre imbibé et crépusculaire signé Scorsese) de Gainsbourg. C'est le disque de l'homme seul qui fume à la table desservie où elle n'est pas venue. C'est le disque jazz du milieu de la nuit, quand les traits se gonflent, quand les bouteilles sont mortes, quand les paquets de clopes vides sont jetés par terre. » - Jean-François Brieu

 

Convaincante relecture des premiers albums de Gainsbourg à l Archipel : Gainsbourg confidentiel. Pierre Mikailoff - 22 septembre 2018

 Extraits de presse :

 

 «  On aime beaucoup. Le trio livre ici un spectacle original, sobre mais efficace, et surtout, truffé des détails d'une tranche de vie que l'on connaît mal. Vous pensiez tout savoir de Serge Gainsbourg ? Vous en découvrirez sans doute bien plus ici. » - TELERAMA

 « Jean François Brieu a écrit un texte superbe tant sur le plan du style que du récit. Ce spectacle est une bouffée d’air frais, une visite à Gainsbourg délicate, pertinente et forte. Stéphane Roux est une magnifique incarnation du personnage de cette époque sans aucune outrance, tout en points millimétrés, en profondeur, en pudeur, reflétant à merveille ce chanteur plein de doutes à ce moment-là. Un spectacle qui obtient un grand succès bien mérité, car tout est parfait. À voir et entendre. »REGARTS

 « Gainsbourg confidentiel”, une pépite musicale »

 Ah, s’immerger dans l’intelligence de ce génie mélancolique et misogyne que les femmes adoraient, ses jeux de mots brillants ! Une mise en scène claire, pour une évocation truffée de détails passionnants... !- Le Dauphiné 

 « Amateurs de (bonnes) chansons, précipitez- vous !» Un spectacle réussi, pleinement original. Attachant, intelligent et sensible. - Vaucluse Matin 

 « Une véritable pépite pour les amateurs du poète sombre et romantique et les amoureux des années cinquante. » - La Grande Parade

 « Si vous aimez Gainsbourg, il faut impérativement voir ce spectacle. L’esprit de Gainsbourg est bien restitué avec ses thèmes un brin cyniques, un brin ironiques et complètement désabusés et bien sûr toujours drôles. » - Pianopanier.com 

 DERNIERS AVIS PUBLIC

THEATREonline.com - 23 septembre 2018

 Cher Lucien Un type allume un clope, et s'installe, verre à la main, dans un fauteuil genre club et commence à vous raconter l'histoire de Lucien, le gars au piano. Texte ciselé, hommage narquois au champion de l'art mineur. Sur le côté, un guitariste électrique d'avant les wah-wah/distorsion, genre jovial et un contrebassiste hyper-présent. Et ce trio nous balade dans les chansons du Gainsbourg d'avant les yéyés. On dit rive gauche,mais c'est presque devenu insultant.. Quels textes ! Et une superbe connivence entre les trois, visiblement ravis d'être là. Le chanteur a de toutes petites faiblesses vocales, mais une belle aisance et un beau timbre. On en redemande et ils en redonneraient volontiers. A voir vite avant que ce bijou ne disparaisse des salles.

TickeTac.com - 23 septembre 2018

A voir et surtout à entendre  Une heure presque et demie de bonheur pour qui aime le Gainsbourg des premiers temps (ce qui n'empêche pas d'aimer le reste...). Un chanteur/conteur, deux musiciens, sur un texte superbe qui retrace les débuts de Serge G. Le chanteur évite l'écueil de l'imitation et interprète ces textes un peu oubliés, parfois ignorés avec une vraie personnalité. Une mention spéciale pour le guitariste qui nous restitue le magnifique son Elek Bacsik. Ce type joue avec gourmandise et un plaisir évident, soutenu par un bassiste impeccable. Bravo les gars, la classe.

BilletReduc.com - 30 septembre 2018

Entre les oreilles  Qu'il était mignon quand il était petit, le beau Serge... Avant de devenir l'alcolo déjanté pas rasé qu'il s'est construit pour les media. Le sens du mot, Monsieur, de l'allitération, de l'allusion, du demi-mot, parfois du calembour. Du grinçant souvent, du touchant parfois, de l'écorché toujours. Voilà ce que nous donne à entendre, et comment, ce trio d'enfer. Sur un texte sans faute - de goût ni d'orthographe - le chanteur interméde des bijoux early Gainsbourg qu'on n'entendait plus, avec une aisance élégante qui leur va si bien. Soutenu, accompagné, porté par le swing irréprochable de deux musiciens ravis (merci Mr. le guitariste de cette générosité). Voilà un type qui influence la chanson française, de Scotch en Chatterton, depuis 50 ans, et c'est un beau cadeau que l'on nous fait de le faire revivre avec cette classe-là. 

… EXTRAIT …

… EXTRAIT … - gainsbourg confidentiel

On le voit à peine, le pianiste, sur la scène exiguë du cabaret Milord l’Arsouille, en cette année 1957. Pourquoi, d’ailleurs, le remarquerions-nous ? Il n’est là que pour accompagner les artistes, et plus particulièrement Michèle Arnaud. Le pianiste s’appelle Lucien Ginsburg. Il a 29 ans ; il a choisi Serge pour prénom « parce que Lucien, ça fait coiffeur pour dames ». 

En ce temps-là, on est intellectuel, cinéphiles, fondu du roman noir. Michèle Arnaud, que Serge accompagne, est assez typique de la faune qui brûle la nuit  dans ce cabaret tenu par Francis Claude, un anar bourré d’humour, copain de Ferré à la vie, à la mort. Cette jeune femme libre, ancienne étudiante en philo et future comparse de Jean-Christophe Averty pour ses émissions les plus extrêmes, est bien dans l’air de ces temps existentialistes où  l’on y croise Gréco au bras du Miles Davis, Patachou coupant les cravates des clients en chantant du Brassens ou Catherine Sauvage éructant du Ferré interdit sur les ondes des radios nationales.

Le déclic se produit lorsqu’il voit Boris Vian, transpirant de trouille, ressemblant à une grande asperge blanche enfilant les couplets sans un regard, sans un merci, interpréter, bras ballants, des horreurs baptisées Je bois, Les joyeux bouchers ou On n’est pas là pour se faire engueuler.  

 Donc c’est dit, pour cet antéchrist du music-hall, Serge sera dorénavant auteur-compositeur-interprète. C’est dans ce cabaret que Jacques Canetti, directeur des variétés chez Philips, découvreur de Leclerc, Brassens, Brel…, pose son œil d’aigle sur cette petite frappe sauvage qui crache son répertoire comme la vipère son venin.

Prudent, Serge, bien planqué derrière son piano, chante les mésaventures oniriques d’un poinçonneur, station Lilas.  Le voilà membre à part entière de l’écurie Canetti.

 1958, l’album Du chant à la une !…  paraît à l’automne. Il a tout pour être disque culte, c’est-à-dire tout pour déplaire. Une pochette intello au possible : portrait noir et blanc qu’on dirait arraché à une fiche anthropométrique de commissariat de police.

NOTES POUR LA MISE EN SCÈNE, par MAGONI

NOTES POUR LA MISE EN SCÈNE, par MAGONI - gainsbourg confidentiel

Les Partitas et Suites de Bach, les tragédies de Shakespeare, les comédies de Molière… s’affranchissent du temps, suscitent toujours les mêmes passions, le même intérêt. Sans cesse renouvelées, toujours redécouvertes, elles ravivent une mémoire dont l’impérieuse nécessité est celle d’entendre ce qui se joue sous l’éclairage d’un jour nouveau. 

 Les écritures contemporaines participent de cette même exigence. Elles témoignent des émotions, des troubles, des mentalités d’une époque et sont la traduction d’une histoire, celle des êtres vivants.

 Ainsi, Gainsbourg confidentiel  en dit plus long qu’une simple confidence. Si Serge Gainsbourg - compositeur-interprète - est le personnage central de la pièce à partir duquel gravite toute une faune de personnages, son récit est celui d’une époque ou poésie, musique, cinéma formaient un joyeux compagnonnage.

 Au travers des documents d’archives, l’on voit bien comment, bien avant la multiplicité  des médias, l’O.R.T. F.,  attestait déjà d’un monde où le génie créatif avait bien du mal à se frayer un passage.

 Ce spectacle, porté par -Stéphane Roux- donne sens à un ouvrage remis sur le métier. L’intelligence la plus fine de ses musiciens -David Fabre et Aurélien Maurice- égrène une musique dont les rythmes nous donnent la mesure du temps. La note de couleur la plus haute d’une écriture ciselée par un écrivain  -Jean-François Brieu -. Ce sont enfin toutes ces écritures croisées qui nous laissent à penser l’art et la culture dans ce qu’ils ont de plus généreux, de plus pertinent.

AUTEUR / LES MUSICIENS ASSOCIÉS

JEAN-FRANÇOIS BRIEU est maître de conférences à l’IUT  Michel de Montaigne, Bordeaux 3. Il est connu du grand public pour être l'auteur de nombreux ouvrages consacrés aux médias et à différents artistes de la chanson et du cinéma. 

 

DAVID FABRE est Musicien et Réalisateur 

 Après être passé par le Conservatoire Municipal de la ville d’Arles et rapidement attiré par le Jazz, il décide de poursuivre sa formation en intégrant l’IMFP (Institut Musical de Formation Professionnelle). Il y rencontrera des musiciens comme Michel Barro, Mario Stantchev, Benoit Paillard, Jean-Pierre Martinez, Philippe Petrucciani et apprendra le métier aux cotés de musicien tel que : Pierre-jean Gaucher, Michel Perez, Louis Winsberg… Il accompagne et enregistre avec des chanteurs comme Jean-Luc Masquelier (Polydor), Stéphane Roux « Tournée en Kabylie » et crée le trio « 4X4 » autour des compositions de la pianiste Carla Bley. Aujourd’hui il prend la direction des « Musiciens Associés » et réalise le spectacle « Gainsbourg Confidentiel ».

 

 STÉPHANE ROUX est Comédien et Chanteur

 Après être passé par les Conservatoires d’art dramatique de Paris et d’Avignon, il travaille sa voix avec quelques grands noms tels que : Bernard Kesslair, Suzy Bonnet, Michelle Agsen et Laurence Saltiel. 

 LA PRESSE EN PARLE 

« Si Philippe Léotard, Richard Bohringer et Claude Nougaro avaient un fils ensemble, il s'appellerait Stéphane Roux ». La Provence 

« Ce type s'inscrit dans la lignée des plus grands, des Brel, Nougaro, des accros de la scène qui finissent épuisés après avoir tout donné ». La Marseillaise 

« Une voix qui a du corps ». L'Humanité 

 

AURÉLIEN MAURICE est Contrebassiste

  Aurélien a un parcours tout d'abord classique quand il commence l'apprentissage de la basse et se forme à L'institut Musical de Formation Professionnel (IMFP) aux côtés de grands noms du jazz français (Michel Zenino, Michel Barro, Mario Stantchev, Dominique DiPiazza...). Il poursuit ensuite son travail au côté du trompettiste Nicolas Folmer. Aujourd’hui au service d'un grand nombre de formations de la région PACA Colors Jazz Trio, Gainsbourg Confidentiel, Frédéric Levy Quartet, Claude Valette Quartet, Middle jazz orchestra, Big band coeur du var, Quebra Sound, Groovology, Claude Bolling big band, Antoine Hervé...

 

Les Musiciens Associés

 Créé en 1995 à Marseille, « Les Musiciens Associés » est un collectif d’artistes (musiciens, comédiens, auteurs, metteur-en-scène, plasticiens, vidéastes, photographes) et de techniciens du spectacle vivant. Ils se retrouvent sur les différents projets de création et nourrissent toujours la même passion pour les rencontres. En France comme à l’Étranger, ils proposent au public un éventail étendu de formes où se mêlent musique, chanson, théâtre et audiovisuel. Le travail minutieux de recherche pousse ce collectif à explorer les différentes strates des feuillets laissés en héritage.

 

 Créations et co-réalisations 

« Ze Maximinimalist Plastico-Brass Orkestra » Fanfare - instruments de récupération 1998, « Miss Merci » Création - Chanson Jazz 2000, « Festivalino » Festival Hyères 2001, « Jean-Luc Masquelier » enregistrement de quatre titres (Polydor) 2002, « Story-Jazz »Trio jazz standard 2003, « Stéphane Roux » Chansons - Tournée Algérienne 2004, « Art’Ensemble » Concert jazz à domicile 2006, « Deep Inside » Poésie - mise en scène Zatie Parlaku 2008, « 4x4 » Jazz - hommage à Carla Bley 2010, « Gainsbourg Confidentiel » Concert - hommage S. Gainsbourg 2011.